mercredi 18 juin 2014

A l'essai : Victoire Véloce

























Cela faisait au moins 20 ans que nous n’étions plus montés sur un vélo conçu dans sa quasi totalité en acier ! L’occasion de renouer le contact avec cet alliage aux multiples facettes, mis en sommeil par l’industrie du cycle depuis pas mal d’années, nous a été récemment donnée par nos amis des Cycles Victoire. Pas peu fiers d’aller récupérer la bête à l’occasion du long week-end de Pentecôte, c’est dès le soir même que nous enfourchions le destrier d’acier afin de satisfaire notre grande curiosité, à l’image de l’enfant qui découvre son nouveau joujou !
Quelle fut notre surprise après seulement quelques kilomètres effectués avec ce Véloce, nom de baptême donné par Victoire Cycle à cette belle création, un vélo très typé, mais pas forcément là où l'on pourrait l'attendre...

Pour commencer, il est bon de préciser que nous ne prétendons d’aucune manière être des essayeurs professionnels et confirmés. Nous avons essayé en toute modestie, au travers de notre expérience d'années de pratique de notre discipline, de mettre en avant pour ce test, nos sensations et ressentis en toute subjectivité. Notre essai s’est limité à trois ou quatre sorties, effectuées par deux testeurs qui ne se sont pas concertés avant de mettre leurs impressions finales en commun. Ici, pas de comparateurs et autres instruments de mesure, juste des perceptions ressenties sur le terrain.


Notre cerveau ayant été lobotomisé par les comportements des cadres carbones en tout genre depuis des années, c’est avec une certaine appréhension que nous nous sommes lancés dans ce test. Serions-nous encore capables de faire la différence entre les deux matières carbonées ? L’une que nous connaissons et côtoyons au quotidien, faite de tresses 100% carbone et de résine, et l’autre, que nous avons lâchement oublié au fil du temps, constituée elle aussi de carbone mais en plus faible quantité par rapport au fer, matière principale de l’acier. On s’attendait à trouver quelque chose d’un peu mou et réactif à la fois, d’après un vague souvenir lointain, un vélo plus typé grimpeur au vu de sa géométrie et ses tubes fins, privilégiant la souplesse et le confort… Et bin les amis, nous avons été sacrément surpris !

Le premier essai de ce Véloce s’est déroulé sur un circuit en plaine, nous permettant d’apprécier son comportement sur le terrain qui convient habituellement aux rouleurs, lorsque qu’il faut emmener de la braquasse. La première impression se résume en un mot dont la signification parlera à tout le monde, ce mot qui nous vient à l’esprit lorsqu'on enroule et que rien ne bouge : « poutre ». Ce vélo semble en effet taillé pour rouler vite et emmener du braquet. Nous n’exagérons pas du tout en disant que nous avons eu la sensation d’être sur un vrai rail ! Quel bridage ! Aussi bien au niveau de l’avant, qu’au niveau de la boîte de pédalier qui ne bronche pas d’un poil lorsqu'on accélère encore et encore. Il faudra vraiment un bonne relance en danseuse avec petit braquet pour ressentir un soupçon de déformation et de renvoie du triangle inférieur ! On a l'impression d'un rendement maximum sans déperdition d'énergie lors de ce type d'utilisation. Avez-vous déjà essayé un vélo de chrono ? Pour les connaisseurs, c'est un peu le même comportement !



Mais d'où peut bien venir le secret d'un tel comportement ? En y regardant de plus près, on s’aperçoit que l’aspect « fin » de l’ensemble n’est qu’une impression relative ! Les tubes légèrement ovalisés, sont en réalité d’un diamètre bien plus important qu’il n’y paraît, surtout si l’on compare avec les tubes qui constituaient jadis les cadres d’une autre époque. La douille de direction est du type sur-dimensionnée avec un diamètre de 44 mm, ce qui lui permet d'accueillir des pivots de fourche droits de 1"1/8ème et coniques de 1" 1/8 - 1" 1/2. La fourche carbone est une Columbus Fel à pivot conique. Au niveau du triangle arrière, si les bases sont plutôt classiques, les haubans quant à eux sont d'un diamètre bien plus conséquent que ce qu'on a tendance à voir sur les récents cadres carbone. Le prolongement du tube de selle faisant office de tige de selle contribue certainement à la grande rigidité de l'ensemble. Contrairement aux apparences donc, cette première sortie nous laisse à penser que ce vélo est fait pour envoyer du pâté sur le plat ! Néanmoins, le bridage perçu laisse un peu présagé du comportement de la bête lorsque la route s’élèvera…




Notre second test se fera donc sur un terrain accidenté voir montagneux. Bosses d’au moins 10 bornes et cols à forts pourcentages. Là, plus question d’enrouler la braquasse, la plaque laisse place au petit plateau et la vitesse est plus proche des 15-20 km/h que des 40 km/h. Ce que nous envisagions se confirme. Si vous êtes un peu juste, le comportement en bosse de ce vélo vous paraitra « pataud » ! Comme on vous l'a décrit précédemment, cet ensemble est d’une rigidité démesurée, cela se ressent immédiatement sur terrain accidenté. Pour illustrer ce comportement voici une phrase que Jean-Phi a sorti spontanément au moment de son essai : « J’ai l’impression qu’il y a quelque chose d’accroché derrière ! ». Si vous n'êtes pas bien ou à cours de forme, même en réduisant les développements, l’exigence de ce vélo fera que vous ne trouverez quasiment jamais votre bon rythme lors d’une ascension difficile. Ne comptez pas non plus sur les phases de danseuse pour vous relancer comme le font souvent les purs grimpeurs, l’alternance des positions n’aura que peu d’effet sur votre efficacité et rendement si vous êtes plantés. Il faudra vraiment être costaud pour tirer pleinement tout le potentiel de la bête ! Seuls peut-être les rouleurs-grimpeurs s’en sortiront sur des ascensions pas trop pentues en trouvant le bon braquet en position assise. Vous l’aurez compris, ce vélo n’est pas fait pour les grimpeurs de poche ou les cyclistes à cours de forme ou d'énergie.


Au niveau du confort, même si nous n'aimons pas trop parler de confort pour un vélo (sur un vélo, nous ne sommes pas dans un canapé ou dans un lit !), il faut noter que ce Véloce absorbe relativement bien les aspérités de la route, malgré sa tige de selle intégrée et une selle Fizik Arione tout carbone. Les pneus de 25 millimètres de section, montés sur les roues proposées y sont certainement pour beaucoup.
Ce qui nous a également frappé avec ce vélo, c'est son comportement exemplaire en descente. Il s'inscrit proprement et sans difficulté dans les courbes, sans qu'on ait besoin de lutter ou de rétablir la trajectoire comme c'est parfois le cas avec d'autres montures. Le Véloce inspire pleine confiance dans ce secteur de terrain.

Ce n'est qu'à l’issu d'un essai effectué séparément par chacun d'entre nous, les deux testeurs, que nous nous sommes concertés afin de comparer nos résultats d'analyse enregistrés... Pas de contradiction, nos deux avis sont globalement identiques, nos impressions et sensations sur ce vélo se rejoignent au final.


En résumé, il n’est pas compliqué de comprendre que ce vélo se classera dans la catégorie qu'on pourrait qualifier des "ultra-rigides". Il conviendra parfaitement à tous ceux qui aiment se sentir comme sur des rails lorsqu’il faut enrouler du braquet sur terrain plat. C'est une bête à rouler ! Les grimpeurs seront quand à eux un peu moins à leur avantage avec cette machine, à moins d'être dans la catégorie des costauds. Son concepteur nous le confirmera d’ailleurs, et cela nous rassurera sur nos impressions, que ce vélo a été conçu et construit dans ce sens là, afin de répondre à ce type d’exigence. Julien, le patron de chez Victoire, ne nous en avait point dit mot alors qu'il connaissait parfaitement les caractéristiques d'un tel vélo.
Le Véloce est donc une belle réussite car il atteint les attentes et les objectifs fixés par ses concepteurs. Il reste un exemple parmi l'immense panel de possibilités que peut proposer la jeune entreprise Clermontoise. Il est important de noter que Victoire Cycles est capable de concevoir des vélos selon vos besoins et votre pratique. Les tubes acier permettent énormément de combinaisons. Le choix se fait au gré du client. Vous souhaitez un vélo léger avec du répondant pour grimper ? Une bête de course rigide pour rouler comme une grosse brute et tirer des grands bouts droits ? Ou plutôt un vélo souple et confortable avec un design particulier pour plutôt faire de la balade ? Julien vous proposera le bon concept, un vélo unique et personnalisable à souhait, Erwan, le soudeur-mécanicien de la bande, assemblera les tubes d'acier correspondant à vos envies en conséquence ! Votre vélo made in Auvergne in France, sortira de l'atelier de la rue du Cheval quelques semaines plus tard...


Description complète de la bête : www.victoire-cycles.com


Le Véloce sous tous les angles :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire