dimanche 24 juillet 2016

Traversée des Alpes Suisses #2

La deuxième étape de notre traversée des Alpes Suisses s'annonçait tout aussi exceptionnelle que la première. Beau temps, chaleur, paysages à couper le souffle... Encore un beau parcours de près de 190 bornes au programme avec en point d'orgue le célèbre et très attendu Passo dello Stelvio (2758m). Nous y passerons une soirée de finale France/Portugal mémorable grâce à l'enthousiasme et la joie de Pedro... et ses tournées de limoncello !

Récit...


Tout d'abord le programme :


Départ de Splügen
Julier pass (2284m)
Bernina pass (2330m)
Forcola di Livigno (2315m)
Passo Eira (2208m)
Passo Foscagno (2291m)
Passo dello Stelvio (2758m)
187 km 5050 D+



Au départ de Splügen de bon matin. Notre hôtel est juste au dessus du petit pont. Le beau temps est là, la journée s'annonce belle.
Salut Lionel ! Déjà devant !
Quelle beauté ! Le calme et la plénitude.
Pour le moment, ça roule décontracté...
On profite donc des paysages qui s'offrent à nous...
La campagne verdoyante Suisse...
... et ses grandes étendues...
Les clochers des localités sont tous différents. Celui-ci est plutôt "piquant" !
Encore du vert... et souvent bien tondu !
Les choses sérieuses ont débuté avec l'ascension du premiers col.
Nous sommes ici dans le Julier pass.
Tiens, une copine. Sa couleur gris-noir est originale.
La mésaventure de la chute d'hier est oubliée. Thibaut s'est mis dans la peau d'un IAM aujourd'hui.
Le sommet du Julier pass.
On n'oublie surtout pas l'autocollant !
On pense aussi au ravito !
Arrivée sur Silvaplana tout près de Saint Moritz. Magnifique vue de la route qui surplombe ce très beau cadre.
On en profite, on admire la carte postale, on se régale, on mitraille...
Patrick admire...
Ca donne vraiment envie de passer quelques jours de vacances ici.
Une petite descente et nous voilà dans le Passo del Bernina.
Ici aussi, le train vous mènera au sommet !
Très beau...
Trompeur... On croit être au sommet mais il en reste encore !
Nous y voilà.
On profite une nouvelle fois de l'assistance pour se restaurer.
Très courte descente et on bifurque à gauche sur le col de Livigno (Forcola di Livigno). La première rampe qu'on aperçoit au loin est vraiment terrible !
Marco et Patrick en terminent.
Descente sur Livigno
Passage à Livigno
Une des vues dans le Passo Eira
Le Passo Eira. Un peu l'oublié, situé entre Livigno et le Passo Foscagno.
Petit bout de descente. Le Foscagno est tout au fond là-bas...
Ouf ! Le vent de face a rendu l'ascension de ce Foscagno difficile.
Peu après la bascule du Foscagno.
La vallée et le Stelvio qui pointe son nez au loin.
Le Stelvio, nous y voilà ! Ici Lionel et Marco.
Thibaut
Patrick
Jean-Phi
L'immensité de la première partie du Stelvio.
Belle caisse !
La première série de lacets marque un palier dans ce col.
Jean-Phi toujours concentré sur son effort.
Vue d'en haut dans les premiers lacets.
Encore Jean-Phi...
Lionel et Marco
Thibaut
Patrick
Didier
Et Pedro
Hugues est en tête depuis le pied. Il tiendra ainsi sans trop de problème jusqu'au sommet.
Lionel a bataillé ferme pour revenir sur Hugues. En vain.
Marco n'est pas très loin.
Jean-Phi a longtemps fait bonne figure. Mais les derniers lacets lui seront fatals.
La récompense ultime. L'arrivée au sommet mythique. La pluie a fait son apparition dans le final mais n'a pas découragé les troupes.
On va vite décharger les bagages et se mettre au chaud. Il fait un peu frais à 2758 mètres d'altitude !
On laisse un petit souvenir bien-sur !
Un coup d'oeil sur les mythiques lacets du versant Est du Stelvio.
On dort ici ! Notre hôtel, le Perego.
La vue de notre table...
La soirée débute... petite bière de récupe, France/Portugal...
... et les tournées de limoncello !

Le lendemain matin, c'est tout de même mieux par ce temps.
Le Stelvio
Patrick prend la pose avec son nouveau tee-shirt.
La photo souvenir de la fine équipe au complet. De gauche à droite : Pedro, Didier, Thibaut, Lionel, Marco, Patrick, Jean-Phi, Hugues et Manu.
L"expo des maillots souvenirs dans notre hôtel.
Un petit clin d'oeil à nos rugbymen auvergnats.
Dernier coup d'oeil avant de redescendre et prendre le chemin du retour... Il est temps de charger le bus d'équipe et la remorque...


Au revoir Bormio et le Stelvio. Ce week-end en compagnie de nos mentors comme on aime à dire à propos de nos amis les Gessiens restera sans doute dans les mémoires.
Une expérience à renouveler. D'ailleurs, un projet a déjà germé dans le bus sur le chemin du retour...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire