samedi 20 octobre 2012

Quel sport pour l'avenir et quel avenir pour le sport ?


Pour donner suite et fin à notre texte précédent, car nous ne nous étendrons pas et n’alimenterons pas ce sujet, comme je l’ai dit, ce n’est pas notre créneau, nous sommes là avant tout pout le plaisir et des choses plus légères, quoi qu’une petite prise de position ne fait de mal de temps-en-temps…
Ce texte à été écrit à la base en réaction dans un commentaire sur le site de La Flamme Rouge, suite à différents articles parus concernant l'affaire du moment. Vous pouvez le retrouver dans son contexte ici.
Voici un constat un petit peu plus philosophique sur la situation du cyclisme actuel et sur ce qu'il pourrait devenir...

Je pense qu’il y a une question essentielle à se poser avant tout, que tout le monde doit ou devra se poser à son niveau, c’est à dire, pratiquants, sponsors, dirigeants, médias, tous les acteurs qui entourent les sportifs de prêt ou de loin et celle-ci est et sera aussi valable pour l’ensemble du sport de haut niveau à savoir, qu’est-ce que le sport de haut niveau en réalité ? A quoi et à qui sert-il ? Quel sport voulons-nous exactement ? Et surtout, qui ou quoi l’emportera ?... Car il s’agit bien d’une bataille en réalité…

Est-il encore possible et raisonnable d’espérer et de croire en un sport totalement propre et fait que de saints ? Dans une société comme la notre, celle du 21ème siècle, où l’argent, le pouvoir, l’individualisme règnent en maîtres et n’ont jamais été aussi dominants, avec un système médiatique qui va vite, très vite, qui oriente même nos manières de penser et d’agir et met en avant et de manière exagérée, et ce toujours à des fin commerciales, la moindre victoire qui se transforme très rapidement en exploit et le moindre faut pas qui lui, peut très vite se transformer en scandale ! Tout ce qu’on ne voyait pas ou qu’on ne nous montrait pas forcément fut un temps… Le vrai problème n’est-il pas là en réalité ? Que veut-on ? Voir des vecteurs (sportifs) de communication avec de beaux placards dans le dos et grâce à qui sont brassés des millions de $ ou d’€ de droits télé et autres millions générés par les bons petits acheteurs/payeurs que nous sommes en continuant à nous émerveiller devant eux, peu importe là manière qu’ils emploient pour nous faire plaisir, ou veut-on un système dans lequel tous les acteurs seraient tous responsables et où l’argent ne serait pas le principal attrait ? En fait, et c’est là que se situe la bataille, je crois que certains optent, sont déjà et souhaiteraient perdurer dans la première solution et que d’autres, dont nous faisons parti, veulent tout simplement les deux ! Et c’est bien là le problème et la contradiction ! Nous voulons voir du spectacle, les médias et les sponsors veulent faire de l’argent, toujours plus d’argent, et les sportifs eux, veulent en gagner beaucoup. Et tout ça devrait se faire et s’organiser, sans la moindre triche, sans artifice, selon un vieux rêve utopique, sous prétexte et au nom d’une certaine éthique souvent mise en avant mais jamais respectée… N’oublions pas non plus une chose essentielle, c’est que le sport joue un rôle énorme sur le plan social et reste un moyen de pouvoir s’élever et permet , même si peu y arrive, de trouver une forme de reconnaissance et donc d’avoir le sentiment d’exister…

Tout le sport de haut niveau est peut-être à un tournant de son histoire… Mais il ne prend pas forcément la direction que l’on espère, ou que l’on souhaiterait lui voir prendre au nom de cette fameuse éthique… Non, le sport de haut niveau et tout son système s’en va doucement sur le chemin qui consiste à vouloir faire assimiler au plus grand nombre le fait que, s’il doit continuer à générer et faire gagner des sommes d’argent gigantesques et consister à la représentation de grands spectacles évènementiels, nous devons l’admettre et l’accepter tel quel, avec ses joies et ses travers cachés que l’on ne voudrait pas voir, afin de rester et demeurer dans ce qui pourrait se traduire comme une espèce « d’ignorance populaire collective » d’un public averti.
Voilà en fait où on veut nous emmener... On sait, mais on ne veut pas croire ni voir le coté noir tout en continuant à rêver... Ca me fait penser à ces supporters footeux que j’entends parfois, qui se persuadent que le dopage ne sert à rien dans un sport d'équipe comme le foot... Et s'il ne sert à rien, il ne peut donc pas y en avoir. Ben voyons ! C'est un peu le même raisonnement que le dopé qui passe un contrôle sans problème et qui se dit et arrive à se convaincre lui-même : "pas pris car négatif donc pas dopé" ! Alors quand on entend ce genre de chose et qu’on constate que la majeure partie des supporters, spectateurs, téléspectateurs tient ce genre de propos ou veut tout simplement ignorer sciemment la réalité des choses, comment voulez-vous, par cet effet d’inconscience volontaire de masse, que le sport de haut niveau se sorte de cette spirale infernale ?

En résumé, monde du sport compris, vous aller voir que la phrase qui suit peut s'accorder avec toutes les composantes de notre société moderne :
Il ne s'agirait que d'une volonté et d'une prise de conscience collective en somme... Mais celle-ci serait longue et ne pourrait se mettre en place qu'avec l'appui d'instances solides qui souhaiteraient réellement aller dans le bon sens...
Malheureusement actuellement, c'est bien là que le bas blesse !...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire