lundi 8 octobre 2018

Traversée des Pyrénées - Etape 3

La troisième étape de notre périple pyrénéen nous emmène sur le toit de cette traversée ! En effet, culminant à 2115 mètres d'altitude, le légendaire col du Tourmalet est au menu du jour. Nous lui faisons honneur en le "dégustant" en premier, car un Tourmalet, et surtout dans ces belles conditions, ça s'apprécie ! Suivent ensuite la Hourquette d'Ancizan et ses grandes étendues de prairies verdoyantes et le difficile Val-Louron-Azet pour finir avant de basculer sur Loudenvielle. On échappera de justesse aux orages qui nous ont menacé depuis le sommet de la Hourquette.

Troisième étape : Argelès-Gazost - Loudenvielle - 123 km - 3410 mètres de D+. 










Revivez l'étape avec Relive :


Relive 'Pyrénées #3 : Tourmalet , Hourquette d'Ancizan et Azet - Val Louron'


Petit dèj, préparation, photos du départ, les automatismes sont en place ! Nous quittons Aspin-en-Ladevan après une bonne nuit réparatrice en songeant à ce beau parcours qui nous attend par delà le Tourmalet, la Hourquette d'Ancizan et Val Louron, les trois cols du jour. La météo semble être de notre coté afin de nous faire profiter au maximum de la beauté de la haute montagne. Quand soudain... Pchiiiiiiit ! Crevaison de Jean-Phi. La réparation est totalement foireuse... Il y a de la chantilly plein la roue mais pas une goutte dans le boyaux ! Heureusement nous n'avions parcouru que 3 bornes. Retour express à la remorque restée stationnée à l'hôtel pour récupérer une roue. Après ce petit incident, l'ascension du Tourmalet peut enfin débuter sereinement.



















Le sommet du Tourmalet pointe déjà son nez... Comme à chaque fois, séance photos obligatoire. Ce col est le plus célèbre des Pyrénées et attire bon nombre de passionnés en tout genre. Son tracé, par ce versant, a légèrement été modifié il y a quelques années. L'ancienne route existe toujours et a été baptisée "Voie Laurent Fignon" en hommage au champion français double vainqueur du Tour. On se souvient que Laurent adorait les Hautes Pyrénées et  avait établi un centre cycliste à Gerde au sud de Bagnères-de-Bigorre.



























En route vers La Montgie pour la vertigineuse descente du Tourmalet... 
- "Et au fait, qui a les clés du camion ?
- C'est François !!!
- Merde ! Il est déjà dans la descente !"
Branle bas de combat, appels téléphoniques dans tous les sens... Heureusement, il n'est pas tout seul et on arrivera à le stopper avant qu'il ne soit trop loin. Il remontera le col en voiture après avoir joué les gendarmes au milieu de la route... "STOP ! C'est pour une urgence !" Si ces gens se reconnaissent, on les remercie encore vivement. En attendant, le reste de la troupe patiente dans le virage du désespoir... Tout rentrera dans l'ordre, le camion pourra redémarrer et nous pourrons continuer vers la Hourquette d'Ancizan où nous ferons la pause déjeuner. Notre accompagnateur Jeff profite de ce col pour à son tour, se dégourdir un peu les jambes.










C'est reparti pour l'ascension de la Hourquette d'Ancizan. Les paysages sont vraiment atypiques dans ce col. Une petite descente au beau milieu du col permet de récupérer un peu. C'est le lieu choisi par les ânes pour venir paître tranquillement... Ils font le bonheur des touristes et profitent bien de la nourriture qui leur est généreusement tendue... Nous ne trainerons pas longtemps au sommet car les premières gouttes font leur apparition... Et ça gronde au loin !























Bon, finalement, la douche n'est pas pour tout de suite... Plus que Val-Louron-Azet à franchir. L'orage se fait de plus en plus menaçant et arrive à vitesse grand V ! On va y ramasser... Photo vite fait au sommet, on enquille la descente, quelques gouttes viennent nous humidifier légèrement mais finalement, nous finissons l'étape au sec ! Petit coup d'oeil à notre appart au top, on apprécie l'illumination de l'église de Loudenvielle de nuit lors de notre promenade digestive qui sera courte, car la seule véritable envie qui domine tout le monde, c'est d'aller faire un bon gros dodo réparateur !


















La journée commençait mal avec la crevaison de Jean-Phi au bout de 3 kilomètres, puis ce fut l'épisode des clés égarées alors que le camion était immobilisé au sommet du Tourmalet... Pour couronner le tout, l'arrivée des orages sur la fin du parcours allait finir de ternir le tableau de cette 3ème étape. Mais il en faut beaucoup plus pour saper le moral de 7 Ruckeurs ! Fort heureusement, la bonne humeur et la rigolade sont toujours restées de mise et le parcours du jour fut malgré tout apprécié à sa juste valeur par l'ensemble de la troupe !
Maintenant, en route vers la quatrième étape...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire